Hauts de Bienne : un albanais placé sous contrôle judiciaire pour violences conjugales

Un homme né en 1984 à Selce E Posthme en Albanie, a été présenté en comparution immédiate lundi 19 mars 2018 devant le Tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier


Les faits reprochés sont violences, suivies d’incapacité de 3 jours, sur sa compagne. Ils ont été commis lundi 12 mars 2018 à Hauts de Bienne (Morez) où il réside.

Une plainte a été déposée par sa compagne mais celle-ci n’est pas présente, suite à des problèmes d’horaire de convocation pour se porter partie civile (11 h au lieu de 14 h). L’audience doit être renvoyée à une date ultérieure.

Son casier judiciaire contient plusieurs condamnations. En 2015, conduite sous l’emprise d’alcool, conduite sans permis, ni assurance, puis blessures involontaires lors d’un accident avec conduite sous l’emprise d’alcool. En 2016, pour conduite sans permis de conduire et sous l’emprise d’alcool, puis usage de faux documents.

De nationalité Albanaise, ses revenus sont de 250 euros par mois pour sa famille de quatre personnes. Il bénéficie des aides des Restos du cœur. Un retard de loyer lui pose problème depuis deux mois.

Le ministère public demande la venue d’un interprète lors de la prochaine audience. Il demande la détention du prévenu pour éviter tous nouveaux faits. « Tout au long de la journée, il ne fait que consommer de l’alcool et quand il rentre, ce sont des violences. Il y a deux enfants en bas âge. Il faut également éviter toutes pressions. Il est important qu’il n’y a pas de contact entre eux. Il y a un risque que Monsieur ne se présente pas. Un sevrage sérieux doit commencer pour que les autres services prennent le relais ».

Son avocate, Maître EL MEZOUGHI Rim, intervient : « C’est un peu fort en chocolat », en faisant référence à la demande de détention provisoire. Elle sollicite également un interprète à la prochaine audience. Précise que son client ne sait pas où se trouve sa compagne, « ce qui évite un risque de récidive ». Elle fait mention d’une addiction à l’alcool qui pourrait être issue de conditions horribles en Albanie, avant sa venue en France.

Répondant aux questions du président, le prévenu affirme qu’il serait des plus sérieux en cas de contrôle judiciaire. Ce qui lui éviterait d’être incarcéré.

Le tribunal, à l’issue des délibérations, ordonne le renvoi du dossier au 12 avril 2018 à 14 h 00. Il demande à bien aviser la victime et prévoir un interprète. Il ordonne un contrôle judiciaire en donnant toutes les explications le plus clairement possible. Pointer trois fois par semaine en gendarmerie à partir de jeudi prochain. L’obligation de suivre des soins et rapidement commencer une cure. L’interdiction de voir, téléphoner, et écrire à sa compagne, tant que l’audience n’a pas eu lieu. Également l’interdiction d’être présent sur la ville de Lons-le-Saunier avant l’audience.

 

Soyez le premier à commenter

Commenter cet article