Lons-le-Saunier : un bus communique « cash » sur l’utilisation du téléphone au volant

Les conducteurs et piétons de deux lignes de bus sont interpellés par un énorme message écrit sur fond noir à l’arrière d’un bus


« On ne sait plus comment faire, et cela concerne toutes les générations ». Le préfet du Jura, Richard VIGNON, est venu présenter lundi 16 avril 2018 à 15 h 30, devant le théâtre de Lons-le-Saunier, le nouveau plan de communication du gouvernement. Il était accompagné de son directeur de cabinet, du maire de Lons-le-Saunier, Jacques PELISSARD et de Aline Billotte, vice-présidente en charge des transports à l’Espace Communautaire Lons Agglomération (ECLA). Un responsable de la Sécurité routière était également présent.

Il s’agit cette fois de communiquer « en parlant cash » selon le préfet, à l’arrière des bus. Un moyen de communication très efficace selon la société de communication en charge de l’installation de l’affichage sur les bus.

« Le but est d’expliquer qu’un geste anodin peut conduire à une situation dramatique. Il faut rabâcher, expliquer, répéter, ce qui est semble t-il la science de la pédagogie.  On a beau prendre de nombreuses mesures, communiquer l’évidence, lapalissade, mais non, l’inconscience est partout. Dans toutes les professions, toutes les classes sociales, toutes générations, il y a de l’inconscience. La prévention et la répression (135 euros et 3 points) ne suffisent pas encore ». Le préfet du Jura conclu en revenant sur le nouvel accident de piéton dimanche 15 avril 2018 à Dole, place Grevy.

Chaque accident de la circulation mène à l’ouverture d’une enquête où GPS, radio et téléphones sont analysés. Il est ainsi déterminé qu’elle était la dernière action avant l’accident, concernant l’utilisation de ces appareils.

En ville, à 50 km/h, en regardant la route, il faut 28 mètres pour s’arrêter en ayant un reflex normal. Regarder sa radio, son GPS ou encore son téléphone suppriment l’attention des actions devant soit. La distance est illimitée, la voiture pouvant s’arrêter après avoir percuté un piéton.

2 Commentaires

Commenter cet article