Un couple condamné pour vols et recels à Poligny

Une victime s’insurge, un couple « sème le chaos dans Poligny ». Convoqué devant le tribunal de Grande Instance de Lons-le-Saunier, en chambre correctionnelle, mardi 17 octobre 2017, l’homme et son épouse ont fait preuve d’absence. Déjà absents lors d’une précédente convocation devant le tribunal de Dole, « l’homme semble s’affranchir de toutes les règles » selon le Ministère public.

Vols à la roulotte, vols par effractions ou sans effraction, de nombreux biens personnels ont été dérobés à ce jour. On dénombre des clefs d’appartements et véhicules, portes-feuilles, cartes bancaires, GPS, clefs USB, téléphones portables, sac à dos, paires de gants, paquets de cigarettes, télévision dans une auto-école, des produits alimentaires et cosmétiques… Des achats avec des cartes de crédit volées ont également été commis. De nombreux pour des jeux à gratter et des petites sommes avec paiement « sans contact ».

La liste des victimes est longue, 10 personnes dont une partie civile. Une demande de constitution de partie civile est arrivée trop tardivement après le jugement. Elle est irrecevable.

Des empreintes de l’homme ont été relevées, il a été identifié sur des enregistrements vidéo. Du matériel volé a été retrouvé au domicile du couple. Des gains issus de jeux achetés avec les cartes de crédit volées, ont été publiés sur Facebook par l’épouse.

Avec 18 infractions inscrites sur son casier judiciaire, l’homme est très connu de la gendarmerie. Vols, stupéfiants, violence et outrage sur autorités ont fait sa renommée. Sa compagne n’avait aucune mention avant l’audience. Pour leur défense lors de leurs auditions, l’homme affirme avoir acheté la télévision sur le Boncoin. Ne reconnait pas tous les vols. Sauf où l’identification est formelle avec pour source des vidéos et relevés d’empreintes. Selon l’épouse : « mon mari a le droit de ramener ce qu’il veut chez lui ».

Leurs agissements provoquent le désordre à Poligny. Une quinzaine d’élèves de l’auto-école ont été soupçonnés du vol de la télévision en premier lieu. Hors, il semblerait que le voleur ait été aidé par un élève complice depuis l’intérieur des locaux. Il n’est plus revenu aux cours après le vol selon la victime du vol. D’autres victimes ont subi des dommages importants. Un salon de coiffure a été impacté par un vol d’ampleur au début de ses activités : « on bosse comme des malades pour s’en sortir et eux ils se baladent dans la rue » a déclaré sa propriétaire. Un commerce primeur a demandé 5000 euros de préjudice financier.

Le Ministère Public a requit huit mois de prison et 2000 euros d’amende pour l’homme, trois mois de prison avec sursis simple pour son épouse : « les receleurs ne sont pas les voleurs ». Le tribunal a condamné l’homme à douze mois, son épouse à trois mois avec sursis. Confiscation des scellées. Des constitutions de parties civiles ont été reçues. Les sommes à payer s’élèvent à près de 4500 euros pour des préjudices financiers ou moraux.

 

Soyez le premier à commenter

Commenter cet article