Morbier : plus de 4 heures d’attente sous la neige pour parvenir à être dépannés

Samedi 30 décembre 2017 à 02 h 00, un accident de la circulation se produit sur la RD 18 A, route de la Haute Combe, commune de Morbier, en direction de Chapelle-des-Bois. Une voiture fait un tonneau et termine sa course sur le toit avec quatre adultes à bord. La route est très enneigée et glissante. Les victimes parviennent à s’extraire du véhicule. Ces vacanciers originaires de La Tronche en Isère, en vacance dans le jura à Morbier, rentrent dans une galère insoupçonnée.

Selon eux, ils joignent leur assistance, après avoir marché pour atteindre une zone couverte par le réseau GSM. Le but est de demander un dépannage. Le véhicule accidenté bloque le passage sur toute la largeur de la chaussée. L’assistance identifie et contacte un premier dépanneur, mais il rappelle à 03 h 34 pour signifier son impossibilité d’intervenir. N’étant selon lui, pas équipé pour se déplacer sur route enneigée. Obligés de joindre de nouveau leur assistance, un second dépanneur est identifié. Un dépannage est prévu vers 04 h 35, mais après avoir rejoint leur véhicule accidenté, le dépanneur n’arrive jamais sur le site.

À 05 h 00, par chance, une voiture de dépannage du garage Adrien Lugand de Morez passe par là. Elle déplace la voiture accidentée sur le côté de la route, dégageant une voie de circulation. Va prévenir la gendarmerie, faisant part de leur état critique de perdition. Les gendarmes de Morez et les sapeurs-pompiers de Morbier et Morez, interviennent dans des conditions climatiques difficiles. La voie de circulation est sécurisée. Finalement, ne pouvant pas faire intervenir d’autres dépanneurs, la gendarmerie fait de nouveau appel au garage Adrien Lugand de Morez à 06 h 30. Il remet le véhicule sur ses quatre roues, l’a hisse sur son camion de remorquage et l’a transporte jusqu’au garage. Entre l’accident et le moment de la libération de la galère, il s’est déroulé plus de quatre heures.

Cet accident restera gravé dans les mémoires des vacanciers. Espérons que cela ne les aura pas dégoûtés du Jura.

La route était très enneigée. Photo DR

14 Commentaires

  1. Le problème c’est que cela se passe sur une route départementale secondaire et à 2 h du matin. Le plan départemental de viabilité hivernale donne des limites d’intervention sur ce type de route secondaire et qui vont de 5h du matin à 20 h le soir. Il est impossible techniquement, administrativement, règlementairement ( pour respecter les périodes de repos des chauffeurs prévus par la loi ) de pouvoir déneiger toutes les routes et 24h sur 24h. Il faudrait acquérir plus de matériel, embaucher du personnel, et le coût de viabilité hivernal explose. Il est facile de dire « y a qu’à ou il faut qu’on », et quand les impôts augmentent, nous sommes tous pas très contents, ou en colère ou sidérés…!!! Il n’y a pas que le Jura qui puisse connaisse cette problématique, il suffit de voir et d’entendre ce qui c’est passé dans les Alpes ces derniers jours. Je suis du Haut Jura et je peux constater que chaque année que de nombreux automobilistes circulent en hiver sans équipement. A l’impossible, nul n’est tenu.

  2. Clo Jura à raison, accident à 2h00 et gendarmes prévenus à 5h30 ??? Rajoutons à cela les conditions hivernales et la pleine nuit en pleine cambrousse et l’ensemble n’a rien d’extraordinaire.

  3. Christophe merci …. c’est tout les ans pareil on s’étonne des accidents mais beaucoup de personnes sont inconscientes je monte tous les jours travailler du côté de mijoux et la route à 5h n’est pas forcément déneiger…. bien équipée en roulant a vitesse adapter je suis toujours arriver au boulo … Je travail aussi dans un camping caravaneige et quand j’entend les clients me dire on va à premanon mais nous avons que des chaînes et pas de pneu neige les routes son bien dégager qu’ils viennent pleurer après…. et quand on a une panne ou un accidents avec une gêne sur la route première chose à faire c’est triangle, gilet et on appel les gendarmes pour la sécurité de tout le monde

  4. Il faut faire confiance aux gars du cru ,équipés et très dispo, rien d’extraordinaire de trouver des routes enneigées en janvier dans ce secteur, mais c’est ordinaire de voir des véhicules non équipés au minimum de pneus neige,

  5. Même situation l’année passée à Chapelle des Bois. 25 cm de neige fraîche et lourde sur le parebrise qui bloque nos essuie glace alors que nous roulions, moteur des essuie glace en rade! J’appelle laborieusement notre assistance car il y a eu un gros coup de tonnerre avant cette chute de neige, plus de téléphone fixe chez les habitants et pas de réseau… Notre petite fille avec nous âgée de 4 ans… Notre assistance trouve tout de suite un dépanneur mais c’est ce dernier qui se fait appeler Désirée! Quand on voit que cela fait 2h que nous attendons et qu’il va bientôt faire nuit, nous reprenons la route. Bien équipés de bons pneus neige, de chaînes dans le coffre et même d’une pelle à neige pliante…. mais quand la neige tombe sans arrêt sans essuie glace… on doit s’arrêter à plusieurs reprises pour déneiger le parebrise… et quand on croise la dépanneuse qui s’arrête à notre hauteur car elle reconnaît le descriptif de notre auto et voit que nous avançons au pas avec un parebrise chargé de neige. Le dépanneur pour lequel nous étions la première intervention à faire, nous dit d’attendre sur le bord de la route car il y a plein de voiture dans le fossé et il monte pour les sortir de là! alors qu’est qu’on fait, on rentre doucement (galère) jusqu’à Clairevaux les Lacs où il tombe toujours de la neige, pour enfin trouver la pluie et rentrer chez nous! et nous de signaler aussitôt à notre compagnie d’assurance de ne surtout pas payer d’intervention au dépanneur qui ne nous a pas justement dépanné. Notre garagiste a mis à peine 10mn pour remettre une tringle qui avait sauté, coût 20€…. et près de 4h de galère sur la route! Le dépanneur aurait pris la peine de regarder notre auto, en professionnel, cela ne lui aurait pas pris d’avantage de temps et nous serions rentrés zens à la maison!
    Les assistance sont toujours très réactives et efficaces mais sur le terrain se sont les dépanneurs qu ne le sont pas!

Commenter cet article