Maison de la Vache qui rit : l’ouverture, c’est demain (photos) !

Vous l’avez peut-être rencontrée dans les allées des supermarchés pour faire un selfie avec elle, ça bouge à la Maison de la Vache qui rit


« Tout a commencé en 1865, lorsque Jules Bel s’installa à Orgelet, petit bourg du Jura, pour créer sa société fromagère. Il achetait aux fruitières des meules d’emmental ou de gruyère encore blanches et se chargeait de leur affinage. Après 30 années d’activité, Jules Bel prit sa retraite et confia son entreprise à ses deux fils, Henri et Léon…

Depuis lors, la marque s’est étendue à travers le monde entier, en commençant par l’Angleterre en 1929 et Belgique en 1933. Aujourd’hui la Vache qui rit est produite dans une quinzaine de pays, vendue dans environ 130 pays, son nom est traduit dans plus de vingt langues et sa tête rouge est mondialement connue ».

Ce petit extrait de paroles en dit long sur tout ce que vous allez pouvoir découvrir dès demain samedi 02 juin 2018. De nombreuses nouveautés vont provoquer le déferlement de nouveaux visiteurs, mais également d’anciens. Tous pourront découvrir de nouvelles ambiances, « La nouvelle Maison de La Vache qui rit est véritablement un lieu à partager, un lieu de rencontre dans un dialogue sans cesse réinterrogé entre patrimoine historique, scientifique, création contemporaine et démarches participatives ».

Sans oublier la nouvelle adresse du « WACHKYRIE CAFÉ », « un nouvel espace de vie, dans une ambiance Fermob, baigné dans une atmosphère de bois à la mode jurassienne. Dans ce lieu chaleureux et convivial, ouvert sur un jardin, vous pourrez déguster les plats du terroir jurassien, bavarder autour d’un café, découvrir les produits du groupe Bel, les dernières créations Vache qui rit (vêtement, vaisselle, jouets, souvenirs…) et peut-être trouver le cadeau original. Ce nouvel espace accueillera également des producteurs locaux et les idées talentueuses de jeunes chefs pour en faire sans doute…un lieu incontournable ».

Pour tout savoir avant votre toute prochaine visite

Soyez le premier à commenter

Commenter cet article