Lons-le-Saunier : l’auteur présumé des coups de couteau maintenu en détention

Deux personnes ont été convoquées en comparution immédiate jeudi 14 décembre 2017, devant le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier. Pour des faits remontants à lundi 11 décembre 2017.

Un différent entre plusieurs personnes a éclaté vers 15 h 30, rue des Violettes à Lons-le-Saunier. Une dispute puis un affrontement se sont produits, au cours duquel du gaz lacrymogène a été utilisé. Deux jeunes filles d’une vingtaine d’années ont été blessées par des coups de couteau. Elle ne sont plus en danger à ce jour. Plusieurs personnes avaient été incommodées par le gaz. La police et les sapeurs-pompiers étaient intervenus. Les victimes transportées sur le centre hospitalier de Lons-le-Saunier. Les deux personnes avaient été placées en garde à vue prolongée.

Né en 1983, l’homme est père de trois enfants. De profession façadier, résident à Lons-le-Saunier, l’homme a été placé en détention provisoire. Il est présumé coupable d’avoir exercé volontairement des violences sur deux jeunes femmes, avec usage d’une arme blanche. Un couteau a été utilisé devant les policiers au début de l’altercation. Une des victimes est en interruption de travail pour une durée minimale de quinze jours, l’autre de quatre jours.

Auteur d’autres actes de la même nature, le prévenu est en état de récidive. Toutefois, c’est la première fois qu’il se trouve en détention provisoire. Avant les faits, le prévenu était déjà suivi pour contrôler ses réactions pour « ne plus s’emporter facilement » selon la présidente. Le différent, source de l’affaire en cours, semble durer depuis plusieurs années. Des menaces de mort et des dégradations d’un pare-brise lui ont été précédemment reprochés.

Née en 1991, intérimaire, résidente à Lons-le-Saunier, la jeune femme est présumée coupable d’avoir exercé des violences. Elle aurait utilisé du gaz lacrymogène, entrainant des jours d’interruption de travail pour cinq personnes. Un ami pourrait l’héberger. Son casier judiciaire est vide.

Le Ministère public demande le maintient en détention du prévenu. Le suivi judiciaire pour la jeune femme.

Après délibération, le tribunal décide de renvoyer le jugement au jeudi 11 janvier 2017. De placer la prévenue sous contrôle judiciaire. Avec l’obligation d’habiter chez son ami. Ne pas sortir de France, ni être présente à Lons-le-Saunier. Pointer une fois par semaine à la gendarmerie de Clairvaux-les-Lacs. L’interdiction de rentrer en contact avec les victimes. L’obligation de chercher du travail ou travailler. Et l’interdiction de porter une arme. Si un seul manquement à ces obligations est constaté, la prévenue sera placée en détention. Elle doit se présenter jeudi 11 janvier 2018 à 14 h 00, date du renvoi.

Il décide également le maintient en détention du prévenu. « Pour éviter toutes pressions sur les victimes, vu le conflit qui dure depuis quelques temps » selon la présidente. Être sûr qu’il puisse se présenter jeudi 11 janvier 2017, étant donné qu’il encours une peine et de nationalité turc. La présidente émet également une crainte de nouveaux faits de violence.

Soyez le premier à commenter

Commenter cet article