Lons-le-Saunier : la Marée populaire n’a pas réussi à former la vague

Un rassemblement a eu lieu samedi 26 mai 2018 dès 10 h 00 sur la place de la Liberté à Lons-le-Saunier pour tous ensemble crier sur la place publique des revendications en direction du Gouvernement


Au centre du rassemblement un « pot au feu Macron » dans lequel les participants étaient invités à inscrire leurs souhaits et revendications sur des légumes en carton.

Selon le membre du collectif « Fête à Macron »de Lons-le-Saunier, « la « Marée populaire » a été initiée nationalement par la fondation Copernic et l’association Attac. Selon lui, « près de 80 associations, syndicats, partis politiques ou mouvements citoyens ». « Nous ne sommes donc pas la marée populaire, nous en sommes une partie prenante en tant que collectif citoyen ». « Nos points communs sont d’abord sur une opposition à la vision que Macron et ses amis ont pour notre société. Mais aussi et surtout sur une envie d’autre chose. Cette envie de relever la tête, cette envie de croquer la vie à pleines dents et ne plus la subir, pour nous, pour la planète, pour nos enfants, pour le vivre ensemble, le vivre heureux ».

Le collectif sur Lons-le-Saunier est né il y a un peu plus d’un mois. Dans un esprit faisant référence à 1968, avec une naïveté reconnue dans son discours, son but est de faire poids face aux puissants qui selon les membres sont satisfaits des divisions des plus faibles.

Une manifestation relativement festive où adultes, enfants et chiens, avaient plaisir à se retrouver ou se rencontrer. Des petits groupes formés selon les idées de chacun. Les Coléreux, Parti ouvrier indépendant (POI), Écologie les Verts (EELV), Motards en colère (FFMC), anarchistes. Francis LAHAUT, ancien maire de Saint-Claude, Brigitte MONNET, Anne PERRIN, Claude BORCARD, étaient présents. À 11 h 45, le peu de personnes restantes sur la place de la Liberté s’est dirigée vers la permanence de la députée Danielle BRULEBOIS, rue Jean JAURES. Les légumes de la marmite ont été scotchés sur les grilles. Un pique-nique devant l’ancienne mairie a marqué la fin du mouvement, aux cris « Macron démission ».

Autres photographies

Soyez le premier à commenter

Commenter cet article