Les changements dans notre vie au 1er octobre 2017

Baisse des APL (aide personnalisée au logement), augmentation du tarif du gaz, interdiction de vapoter (cigarette électronique) dans les lieux publics, plafond du paiement sans contact augmenté, nouvelle convention pour l’Assurance chômage…

  • Vapoter devient plus compliqué
    Il est maintenant interdit de vapoter dans certains lieux publics (établissements scolaires, moyens de transport collectif fermés et lieux de travail à usage collectif. Une amende de 150 euros devrait être appliquée pour les récalcitrants à cette nouvelle règlementation. Les entreprises doivent obligatoirement afficher l’interdiction de vapoter ou ses principes d’applications, sous peine d’une amende de 450 euros pour le responsable des lieux.
  • Baisse de 5 euros par mois des APL
    Elles bénéficient à 13 millions de personnes, dont 800.000 étudiants. En contre partie, le président de la République Emmanuel Macron a demandé aux propriétaires de baisser leurs loyers de cinq euros par mois. Cette réforme engagée sur deux ans porte également sur le parc social, qui compte près de 5 millions de logements où habitent environ dix millions de personnes.
  • Le gaz devient plus cher
    Les tarifs réglementés de vente de gaz hors taxe d’Engie, augmentent de 1,2 % en moyenne. Cette hausse est de 0,4 % pour le gaz pour la cuisson, de 0,7 % pour un double usage cuisson et eau chaude et de 1,2% pour les foyers qui se chauffent au gaz.
  • Paiement sans contact augmenté de 10 euros
    Il est maintenant possible de régler jusqu’à 30 euros sans faire son code, contre 20 euros auparavant. Mesure mise en place progressivement.
  • La convention Assurance-chômage du 14 avril 2017 entre en vigueur
    La période d’affiliation nécessaire pour être indemnisé passe à 88 jours effectivement travaillés au lieu de 122 jours calendaires). La durée maximale du différé d’indemnisation est réduite de 180 à 150 jours. Une contribution exceptionnelle et temporaire de 0.05 % s’ajoute à la contribution de tous les employeurs, pour tous les salariés, jusqu’au 30 septembre 2020, au plus tard. Le taux de droit commun des contributions d’assurance chômage passe donc à 6,45 % (elle passe de 4 à 4,05 pour les employeurs et reste à 2,4 % pour les salariés). La majoration de la contribution pour les CDD est supprimée pour accroissement temporaire d’activité.
  • Fin de l’exonération de la contribution patronale d’assurance pour les jeunes lors de l’embauche
    La conclusion d’un CDI avec un jeune de moins de 26 ans ouvrait droit à une exonération de la cotisation patronale d’assurance chômage, pendant une durée de 3 ou 4 mois dès lors que ce contrat se poursuit au-delà de la période d’essai. Cette exonération est supprimée.
  • Mesures réglementaires pour la validation des acquis de l’expérience (VAE)
    La durée minimale d’activité obligatoire pour en bénéficier est maintenant de un an contre trois avant. Il est également possible de demander au bénéficiaire, au terme du congé pour VAE de présenter une attestation de présence fournie par l’autorité ou l’organisme habilité à délivrer la certification. Également d’augmenter, par convention ou accord collectif de travail, la rémunération du salarié en congé pour VAE.

Soyez le premier à commenter

Commenter cet article