Le Pin : Blanche de Mirebel et Églantine ont été délivrées d’Antide de Montaigu

Nouveaux moments forts du tournage du Médecin des pauvres dans l’enceinte du château du Pin. Les associations « Les Balladins du château  » et CinéMésis sont en action à plus de la moitié du film (financement participatif en cours).

Les résistants Comtois se donnent à cœur dans les scènes et les combats sont violents. Cette fois il s’agissait de tourner la scène d’attaque où le Capitaine Lacuzon et ses résistants s’emparent par surprise du château de l’Aigle à la Chaux-du-Dombief, tenu par « l’affreux traître » Antide de Montaigu et le brûle.

Antide de Montaigu en personne
Le château est brûlé par les résistants commandés par Lacuzon

En même temps, les résistants délivrent Blanche de Mirebel et sa fille Églantine retenues dans le château.

Blanche de Meribel et Églantine ont été libérées

Cinquante bénévoles actifs et vingt-huit figurants en scène vendredi 6 et samedi 7 avril 2018 au château du Pin. La solidarité entre les membres des associations est très dynamique. D’autres scènes se dérouleront dans le Jura, il s’agit de remonter le département depuis Dole, en direction de Saint-Claude.

Première scène en novembre 2016. La fin du tournage est prévue pour fin août 2018. Tout se passe à merveille. Les tournages sont reçus dans d’excellentes conditions partout. La plus grosse scène était celle de Baume avec 220 figurants. Le nombre de figurants amateurs et équipe de tournage, devrait atteindre 300 personnes. L’équipe et les figurants sont 100% jurassiens. Tous sont bénévoles. Le budget total du film devrait atteindre la somme d’environ 30 000 euros pour une durée du film d’environ une heure et trente minutes.

Un second financement participatif est lancé jusqu’à fin la fin du mois de mai (il reste 42 au 08/04/2018), pour espérer récolter 2000 euros.  Chose déjà faite puisque la somme atteint plus de 2100 euros à ce jour. Mais ce n’est jamais assez, le tournage et tout ce qui gravite autour coûte cher. N’arrêtez-pas votre précieuse mobilisation. Un premier financement avait réussi à rassembler 4300 euros. Cette fois, c’est ici qu’il faut participer !

2 Commentaires

  1. Mes origines Comtoises frémissent à l’évocation de cette guerre de 10 ans qui a tant ravagé notre belle Comté. Longue vie à ce film , je lui souhaite un grand succès local et qui sait national

Commenter cet article