Le flux migratoire en légère augmentation dans le Jura

Selon le Préfet du Jura, Richard Vignon, « le flux migratoire dans le Jura ne baisse pas, présente même une légère augmentation ».

Selon lui, le département présente des capacités d’accueil correctes. Mais le problème d’importance capitale consiste en de nombreux migrants n’ayant pas le droit d’asile. Ils viennent « fortement emboliser » le flux migratoire et les actions de l’État. « Tous se disent en danger de mort dans leur pays d’origine, mais les enquêtes montrent que ce n’est pas le cas. Dans 99.99% des cas, ce résultat est contesté par le demandeur. Il passe alors devant une cours de justice. Soit il obtient le statut de réfugié, soit il est débouté et doit quitter le territoire. « Mais ne le fait pas ».

Dans le Jura, le centre d’accueil et d’orientation reçoit des personnes venant de tout le territoire. Principalement de Calais et de Paris. « On accepte tous les demandeurs d’asile » a précisé Richard VIGNON. « Mais notre rôle est de couper les filières, casser le dumping social. S’il n’y a pas de résultat, nous ne pourrons plus accepter tous les réfugiés. Nous devons accélérer et renforcer les retour aux frontières ».

Le nombre de reconduite à la frontière reste un sujet « tabou » au niveau de la préfecture. « Il y a très peu de reconduites. Un retour dans le pays d’origine équivaut au vol payé, à de l’argent offert et à des mesures de réintégration dans le pays d’origine ».

La commune de Conliège a organisé au mois de septembre dernier une rencontre entre les bénévoles et les migrants de Lons-le-Saunier ainsi que de Conliège. La semaine dernière, une nouvelle famille s’est installée dans une maison disponible à Montmorot.

Soyez le premier à commenter

Commenter cet article