La reprise semble durable au 2ème trimestre 2017 en Franche-Comté

La reprise de l’emploi se confirme dans tous les départements de Franche-Comté, avec quatre hausses consécutives. Le second trimestre présente une hausse de 0,4 %. La Franche-Comté voit 4 930 postes en plus en un an, soit une hausse de 1,8 % (1.7 % au niveau national). Au niveau global, 279 150 postes sont pourvus.

Fait nouveau, l’intérim et l’emploi permanent sont tous deux concernés. L’emploi permanent progresse pour la 3e fois consécutive avec + 1000 postes en un an, du jamais vu depuis 2008 selon les services de statistiques de l’URSSAF. L’évolution du secteur secondaire, avec la création d’emplois depuis deux trimestres et l’industrie pour la première fois depuis 2011, seraient à l’origine de cette bonne tendance.

Le secondaire se relève en 2017 avec une tendance à la hausse pour les embauches de longue durée. La construction gagne 105 postes ce premier semestre 2017 (seul le second-œuvre est en léger recul) et l’industrie met fin aux pertes d’emplois (excepté pour certains secteurs comme la fabrication de matériels de transports et les industries plastiques, produits minéraux). Le tertiaire continue de progresser malgré une légère baisse d’intensité.

Cette progression est portée notamment par le commerce, les Hôtels-Cafés-Restaurants, et les services hors intérim, dont l’action sociale.

  • Dole et Morteau : les deux zones d’emplois qui progressent le plus sur l’année
  • Dole et Morteau enregistrent les plus fortes hausses d’effectifs (respectivement +2,9 % et +2,8 % sur un an), hausses essentiellement portées par les autres services hors intérim et le commerce.
  • Zones de Besançon, Pontarlier et Belfort-Montbéliard-Héricourt gagnent également des effectifs : respectivement +2,4 %, +2,3 % et + 2 % essentiellement due à une embellie dans les services et l’intérim.
  • Zones de Gray (+ 1,5 %) et Lons-le-Saunier (+ 1,3 %), elles connaissent une croissance moindre, surtout portées par l’intérim.
  • Sur la zone de Saint-Claude (+ 0,8 %), l’intérim n’arrive pas à compenser les pertes des postes dans l’industrie.

L’Urssaf en bref : Au-delà de leur mission première de collecte des cotisations et contributions sociales (3,6 milliards d’euros collectés en 2016), l’Acoss et le réseau des Urssaf se sont attachés à développer leurs activités de production statistique permettant ainsi de mobiliser les informations collectées, tant au niveau national qu’au niveau local, au service de l’analyse économique. Le réseau des Urssaf est désormais producteur unique des données de l’emploi salarié hors intérim. La labellisation de ces données par l’Autorité de la Statistique publique lui confère une reconnaissance de fiabilité, de qualité, d’objectivité et de pertinence. La richesse des informations collectées par l’Urssaf permet des vues détaillées du tissu économique, de l’emploi salarié, des revenus du travail, mais également des dispositifs en faveur de l’emploi. En outre, l’activité de gestion des comptes cotisants fournit des indications précieuses sur la situation financière des entreprises.


Soyez le premier à commenter

Commenter cet article