Dole : au coeur d’une maraude de la Croix Rouge

22 h 28 – Je quitte l’équipe.  Antoine, David, Jeanne, Geoffrey et Enzo vont maintenant ranger le matériel. Bénévoles à 100%, ce reportage en direct leur rend hommage. Pendant que nous sommes bien au chaud, des personnes sans abri souffrent. Les bénévoles de la Croix rouge donnent de leur temps sans rien attendre en retour. Tentent de transmettre chaleur et réconfort. En les écoutant, uniforme ou pas, l’esprit Croix rouge (5 bis avenue Aristide Briand 39000 Lons-le-Saunier Highlights info row image 06 85 88 63 16) est gravé en eux. Ils vont penser aux personnes rencontrées ce soir, avec un pincement au cœur.

22 h 20 – Nous faisons le point. Ont été distribués ce soir, 4 soupes, 2 cafés, 1 duvet, 4 couvertures, 2 kits hygiène, 3 bouteilles d’eau. David revient sur sa déception du refus de Joe et Fabio : « il faut savoir encaisser pour faire des maraudes ». Chacun a son avis sur la question.

22 h 15 – Nous sommes au QG. Les kilomètres effectués sont notés. Tout a été noté dans une main courante pendant la maraude. Le contenu sera adressé demain aux services de la préfecture, avant 10 h.

22 h 14 – Nous quittons le site. La maraude se termine, nous retournons à la Croix rouge. 

22 h 09 – Arrivée sur le site. David et Enzo vont contrôler un endroit connu où peuvent se trouver des sans abri. Ayant juste une arche pour se protéger du froid. Une recherche approfondie est en cours à la lampe frontale et de poche. RAS.

22 h 06 – Nous quittons le site. Direction la Visitation. 

21 h 59 – Arrivée au cinéma. Une personne a rencontré une bénévole de la Croix rouge cet après-midi. Elle lui a indiqué se trouver dans le secteur sans plus d’indications. David, Jeoffrey et Enzo sont à la recherche de l’éventuelle personne. Sans succès.

21 h 53 – Arrivée sur le site. Une bâche est contrôlée près d’un bâtiment. Aucune présence. Direction le cinéma des Tanneurs. 

21 h 47 – Nous quittons le site, direction piscine municipale. La maraude doit se terminer au maximum à minuit selon le règlement national de la Croix rouge. Dole et Lons-le-Saunier sont des petites villes, les maraudes se terminent généralement à 23 h maximum. 

21 h 37 – Arrivée à l’accueil de nuit situé rue François Demesmay. Dix places sont prévues, pouvant être étendues à treize en cas d’urgence. Les résidents de nuit ont accès à une salle de bain, de quoi se chauffer et se divertir dans une salle avec coin télévion. Le centre ouvre à 17 h. Les résidents se gèrent pendant la nuit. Deux veilleurs se relayent.

21 h 35 – Départ en direction de l’accueil de nuit. 

21 h 29 – Arrivée à la gare de Dole. David et Geoffrey vont faire un tour dans la gare pour contrôler la présence de sans domicile fixe sur le site. Aucune personne ne s’y trouve. Antoine est très « professionnel » dans ses instructions données aux autres bénévoles. Très attentif à leurs actions, il démontre d’une grande expérience et prudence.

21 h 22 – Arrivée sur le troisième site. Il n’est pas sûr de trouver quelqu’un. Il n’y a personne. Nous partons vers la gare. Une équipe est en même temps en maraude sur Lons-le-Saunier. 

21 h 16  – Nous quittons le site. David : « Prenez soin de vous ». Sur le chemin du retour au véhicule il me confie un sentiment d’inachevé. « Nous quand on va rentrer bien au chaud, eux seront encore dans la même situation ». Antoine fait le point, rassure l’équipe. « Cela arrive parfois, nous n’y pouvons rien ». Le retournement soudain de situation est dû à la peur de se faire voler dans l’accueil de nuit selon Fabio. Les bénévoles de la Croix rouge ne peuvent en aucun cas obliger une personne à les rencontrer, les aider et encore moins à la transférer dans un centre d’accueil.

20 h 50 – Bonne nouvelle, Joe et Fabio vont pouvoir dormir dans une chambre commune à l’accueil de nuit. Ils demandent de revenir dans 30 minutes, le temps de se préparer pour être transportés par la Croix rouge. Un ami vient leur rendre visite pour prendre de leurs nouvelles. Ils hésitent à se rendre à l’accueil. Finalement, Joe ne veut plus y aller. Ils préfèrent rester proches du centre-ville pour commencer la manche au plus tôt demain matin. Le NON est catégorique. « Je ne me mettrais jamais à genoux pour quelque-chose, même pour un morceau de sucre », déclare Joe. Avant de repartir, des kits hygiène, un sac de couchage, des couvertures, du café et de l’eau, leurs sont remis. Photo de Joe prise avec son accord. 


20 h 19 – Prise de contact. Deux personnes sont dans le hall chauffé d’une banque. Une discussion s’engage. Le problème de pouvoir chauffer la nourriture donnée est évoquée. « Mais on se débrouille ». « Avant on était plus, on est beaucoup moins maintenant ». Joe n’aime pas aller dans l’accueil de nuit. « Il y a des vols, déjà qu’on a pas grand choses ». Son ami de 15 ans de vie de SDF, Fabio né en 1973, dors profondément dans un sac de couchage à même sur le carrelage.  Joe à la meilleure place « J’ai un tuyau chaud ». Joe demande qu’un travail lui soit confié même s’il ne touche pas de salaire le premier mois. Cela permettrait de faire la demande d’un appartement. Deux soupes chaudes arrivent. « On ne peut pas rester comme ça, déjà que plusieurs d’entre nous sont morts, y compris ma copine ». Joe âgé de 57 ans, en a parfois marre et aimerait en finir. Deux places sont disponibles à l’accueil de nuit. Ils veulent être dans une chambre deux places ou pas du tout. « Nous on est des cow-boys ». Les deux sont amis, une forte solidarité existe entre eux dans l’extrême détresse. 

20 h 16 – Arrivée sur site. Nous avons croisé des personnes dans la rue. En voyant les bénévoles de la Croix Rouge, « C’est eux qui vont venir te chercher à minuit ».

20 h 13 – Départ direction centre-ville sur la place aux fleurs. 

20 h 10 – Arrivée sur place. Vérification d’une présence signalée dans le secteur. Un ancien abri de fortune était installé, le site est réhabilité à ce jour. Rien a signaler après contrôle.

20 h 00 – Première prise de contact avec un couple dans un squat. Ce sont des habitués toujours contents de voir les bénévoles. Les mains se serrent. Il y a de la chaleur humaine transmise. Quatre bénévoles sont autour du couple. Le contact à duré 4 minutes. Deux gobelets, de la soupe, une bouteille d’eau et une couverture leur ont été remis. Direction l’Arquebusier.

19 h 50 – Départ en direction du secteur du Géant Casino.

19 h 35 – Antoine, David, Jeanne, Geoffrey et Enzo sont ce soir en mission bénévole sur Dole. La maraude s’effectue dans le cadre du plan grand froid de deux jours. Il va commencer vers 19 h 50. Pour le moment c’est le briefing au local de la Croix-rouge, rue Aristide Briand à Dole.

L’équipe est dirigée par Antoine Poncet âgé de 19 ans, responsable territorial des maraudes dans le Jura sur Dole et Lons-le-Saunier.

1 Rétrolien / Ping

  1. Renforcement du plan grand froid et vigilance de l’État – Échos du Jura

Commenter cet article