Deux jeunes condamnés à de la prison ferme pour vol en réunion

Samedi 27 janvier 2018 à 18 h 30, la Gendarmerie du Jura reçoit l’appel d’une gérante de tabac-presse de Damparis, au centre opérationnel. Un jeune homme peu sûr de lui au visage camouflé, vient de tenter de commettre un vol à main armée en l’appelant par son prénom. Ne parvenant pas à son but, il quitte les lieux et rejoint un complice. Les gendarmes de la Brigade de Recherches et de la Communauté de Brigade de Dole se mettent rapidement en action.

Des investigations sont menées sur le terrain par des techniciens en investigations criminelles de proximité et par la Cellule d’Investigations Criminelles de Lons-le-Saunier. Recherches, vérifications et recoupements réalisés « sans discontinuer tout au long de la nuit et le jour suivant », selon les gendarmes, donnent rapidement des résultats. Il reste à localiser trois suspects, deux majeurs et un mineur. À les interpeller puis à les entendre sous le régime de la garde à vue.

Mardi 30 janvier 2018, le Peloton de surveillance et d’intervention procède à leur interpellation. Les enquêteurs joignent le vol d’un pistolet air soft au dossier, survenu la veille sur la commune de Choisey. Ils sont dans la foulée présentés devant le Parquet. Une convocation pour comparution immédiate jeudi 1er février 2018 devant le Tribunal Correctionnel, est notifiée aux deux majeurs. Une belle affaire résolue par les gendarmes de différents services pendant 96 heures « d’intense activité », selon eux.

Cinq jours après le vol à main armée, les deux hommes sont jugés. Les deux braqueurs présumés, le premier âgé de 18 ans, l’autre de 19 ans, échappent à l’incarcération avec des peines aménageables. L’auteur présumé du braquage est condamné à 16 mois de prison dont huit avec sursis. Son complice à six mois ferme.

La procureur de la République avait requis 14 mois de prison dont six avec sursis et maintient en détention pour l’auteur présumé de la tentative du vol à main armée. Son avocate a insisté sur l’immaturité de son client.

Soyez le premier à commenter

Commenter cet article