90/80 km/h : le Jura « bien mal placé pour demander des aménagements »

La sécurité routière a été abordée lundi 26 mars 2018 au matin, lors d’un entretien général entre le préfet du Jura et la presse locale


Une bonne nouvelle est a prendre en compte. Ce début d’année 2018 : « Est moins catastrophique que celui de 2017. Disons que l’on a eu un peu plus de chance pour le moment. Plusieurs accidents graves n’ont pas fait de morts. Nous devons rester humbles devant ces résultats. Nous voyons toujours autant d’irresponsables qui s’en remettent à je ne sais quelle divinité pour doubler sans visibilité ». Le préfet, Richard VIGNON en déduit : « Il faut continuer les actions de dissuasion ».

Le weekend dernier, une vaste opération de gendarmerie sur l’ensemble du territoire jurassien, a mobilisé 40 gendarmes pendant la nuit. Le résultat a provoqué une vive réaction : « Une dizaine de fous furieux. C’est un peu comme Dr Jekyll et de Mr Hyde » :

  • 7 conducteurs étaient sous l’emprise de l’alcool
  • 1 conducteur était sous l’emprise de stupéfiants
  • 2 conducteurs n’étaient pas titulaires du permis de conduire

Concernant les délits de fuite en augmentation inquiétante également, tout est fait pour les rattraper, les identifier. « On fini toujours par les retrouver ».

Face à ces comportements à risques, tout le monde est soumis aux mêmes mesures. « Dès lors que des crétins se comportent comme tel, les mesures touchent tout le monde. Nous y sommes malheureusement obligés. Si tout le monde se comportait normalement, nous ne serions pas obligé de le faire ». Le préfet précise aussi qu’un accident à 80 km/h est moins dangereux qu’à 90 km/h. Des tests ont été selon lui, probants dans l’Yonne. Freiner à 90 km/h nécessite 70 m pour s’arrêter, 57 m pour une vitesse à 80 km/h.

Le préfet explique qu’il n’y a pas eu de débat parlementaire puisqu’il s’agit de mesures réglementaires. Tout en précisant que la réduction de vitesse à 80 km/h ne sera effective que sur les voies bidirectionnelles sans séparations. Aucunement sur les autres voies.

Pour conclusion : « Le Jura est un mauvais élève sur le territoire français ». Avec 31 morts sur les routes jurassiennes en 2017 : « Nous sommes bien mal placés pour demander des aménagements. Au niveau départemental, le préfet confirme : « Nous  sommes bien mal placés pour prendre une telle motion ». Reconnaissant que la mesure est impopulaire : « Je ne peux le contester ». Mais : « On doit prendre conscience qu’il y a des chauffards ». Le préfet ferme le sujet : « Essayons !

 

 

 

 

 

2 Commentaires

Commenter cet article